Créer un site internet

La génétique

La génétique étudie les caractères héréditaires des individus, leur transmission au fil des générations et qui étudie aussi les gènes12
L'hérédité et la génétique jouent un rôle important dans de nombreux cas d'obésité, 69% des obèses ont au moins un parent obèse.

Dans une famille, il y a plus de risque d'une prédisposition génétique s'il y a dans cette même famille des membres qui sont obèses.

Les enfants en sur-poids âgés d'une dizaine d'année, ayant un parent obèse, ont un risque de 80% de devenir obèses à l'âge adulte et seulement 10% de risques si les deux parents sont maigres.

Et un enfant dont un seul parent est obèse a 4 fois plus de risques d'être obèse, tandis qu'un enfant qui a ses deux parents obèses a 8 fois plus de chance d'être obèse.

La corpulence est l'un des traits les plus héréditaires chez les individus.


Une étude menée sur des vrais jumeaux c'est à dire génétiquement identiques, démontre une concordance quasi absolue de leur corpulence.

Une autre étude menée encore sur des vrais jumeaux qui avaient été séparés, et qui vivaient dans des familles adoptives différentes montre que leur tendance éventuelle à l'obésité est nettement rapprochée des caractéristiques de leurs parents biologiques et non des parents adoptifs.

L'alimentation chez les jumeaux séparés conduit certes à une prise de poids variable d'un jumeau à l'autre mais une prise de poids quasi identique des deux jumeaux.

La transmission des caractères de l'obésité est possible grâce à plusieurs gènes et non grâce à un seul gène, plusieurs chercheurs ont effectué des recherches afin de trouver l'un des gènes responsables de la transmission des caractères de l'obésité.

La recherche la plus récente date de 2007, les chercheurs ont analysé la génétique de 40000 individus blancs et européens. Cette recherche démontre que l'un des gènes responsables de l'obésité serait le gène FTO.






chromosome.jpg

 



       En effet, les chercheurs ont noté que les personnes souffrant d'obésité, avaient une mutation13 du gène FTO, les individus qui possédaient une copie de la mutation du gène aurait 30% de risques d'être obèses, alors qu’une personne qui possédaient les deux copies modifiées aurait 70% de risque de devenir obèses.



La découverte du gène FTO expliquerait pourquoi deux personnes qui consomment les mêmes quantités de nourriture et qui pratiquent des activités physiques de la même intensité ne perdent pas nécessairement le même poids , et pourquoi d'autres sont condamnées à faire plus d'efforts.

Mais les chercheurs ne connaissent pas encore le rôle exact du gène FTO et de ses variantes, il faudra effectuer quelques recherches supplémentaires.

Une autre recherche, effectuée par des cliniciens14 nutritionnistes15 et des généticiens16 ont trouvé une anomalie génétique dans l'obésité portant sur  la leptine, la leptine est l'hormone 17 de satiété, c'est à dire qu'elle réduit l'appétit.

La leptine est sécrétée par le tissu adipeux18, elle intervient dans le contrôle de la masse de graisse en modulant les prises alimentaires et les dépenses énergiques.

Les cliniciens et les généticiens ont fait porter leurs études sur une famille présentant une obésité massive, l'obésité massive c'est lorsqu'on a un poids supérieur à 130kg , qui possède un taux de leptine très élevé. La leptine est produite par le gène OB et elle agit au niveau du cerveau.

Un taux de leptine normal agit comme un repli envers la nourriture, en revanche les cliniciens et les généticiens ont constaté que la plupart des sujets obèses avaient un taux très élevé de leptine en proportion de l'augmentation de leur masse graisseuse et elle fait l'effet d'une «résistance» à l'action principale de l'hormone.

Donc un taux de leptine trop élevé a une action inverse, elle n'agit plus comme un frein sur la nourriture mais elle l'encourage. Le gène OB avec la présence de leptine peut être responsable de certaines obésités en France.

Plusieurs gènes ont été découverts au cours du temps comme porteurs du gène responsable de l'obésité.

On peut affirmer, qu'il existe une prédisposition génétique qui est liée à de multiples gènes et non à un seul.

 

La suite avec les facteurs psychologiques et moraux.

Ajouter un commentaire