Les nouvelles technologies

De nos jours, avec tous ce qui est technologie, communications et transports, tout est a disposition sans bouger.

Malheureusement c'est ce qui peut entraîner l’obésité chez l'enfant, qui préfère rester chez lui à jouer à la playstation par exemple ou à l'ordinateur ou à la télévision, avec pour nourriture des sucreries et des produits gras au lieu de sortir se promener et se dépenser.

Ils utilisent les transports , les voitures pour se déplacer , même pour monter les escaliers il y a les escalators .


Pour cela l'État a mit en place 3 créations :

Création d'un Programme National de Nutrition et de Santé (P.N.N.S.)

Mise en place de Réseaux de Prise en charge de l'Obésité Pédiatrique

(Re.P.O.P.)

Instauration d'une journée nationale de prévention de l'obésité créée par

l'Organisation Mondiale de la Santé, le 10 mai de chaque année, et dont le

mot d'ordre est : "Pour votre santé, bougez !"

 

 On a aussi instauré, en France, une nouvelle initiative de la Mutualité Française, en partenariat avec l’Union Nationale du Sport Scolaire (UNSS) vient compléter les actions nationales comme le Programme National Nutrition Santé et son site «manger – bouger».

Il s’agit de promouvoir auprès des parents et des enseignants l’activité physique pour la santé .

L’objectif de cette action est de tenter de changer les comportements, dès l'enfance et de prévenir ainsi les maladies chroniques. « Bouge..., une priorité pour ta santé ! » est un programme de prévention primaire qui s’inscrit dans cette logique.

 Une étude de cas nous démontre que le nombre d'heure passé sans activité est une grande cause de l'obésité.

Dans les deux graphiques ( donné sur quarante ans ) qui vont suivre on va trouvé le nombre de personne en situation d'obésité qui donne la courbe ascendante qui est en pointillée . La figure A nous fait voir que la consommation de graisse a eu une tendance a diminuer ces dix dernières années et on a aussi un apport énergétique stable.



l-1.png

Ensuite la figure B, on voit augmenter les proportions d'équipements en voitures et le nombres d'heures de télévisions par foyer : ces 2 courbes s'alignent presque parfaitement sur la croissance de l'obésité en dix ans . Surtout la courbe rose avec le nombres d'heures de télévisions !




 

figure B


 De plus, deux autres études réalisées en 2000 et 2007 selon un protocole identique ont permis d’évaluer l’évolution des prévalences de sur-poids et d'obésité chez les enfants de 7 à 9 ans pendant cette période.

Des classes de CE1 et CE2 ont été tirées au sort dans des écoles primaires sélectionnées aléatoirement.

Le poids et la taille des élèves ont été mesuré par le personnel médical de l’Éducation Nationale et un auto questionnaire sur les habitudes de vie a été rempli par les parents.

Les seuils de l’International Obesity Task Force ont été utilisés pour déterminer le sur-poids et l'obésité.

 


En 2007, 18,4 % des 2 525 enfants inclus étaient en sur-poids, dont 3,8 % d'obèses. La comparaison des deux études, en limitant les données de 2007 aux académies déjà couvertes en 2000, a permis de montrer une stabilisation de la prévalence du sur-poids et de l’obésité sur cette période, chez les enfants de cette classe d’âge.


Par ailleurs, des analyses sur la sédentarité réalisées sur les données de 2007 ont permis de montrer que les enfants de mères en sur-poids ou obèses passaient plus de temps devant la télévision que les autres.

De plus, les caractéristiques socio-démographiques et de mode de vie associées au temps passé devant la télévision, étaient différentes selon le statut pondéral des mères.


Un seul mot d’ordre : du sport (mais pas n’importe lequel) !

 

Continuez sur les sports conseillés.